Pourquoi moins fois moins égale plus ? _Enlever du négatif revient à ajouter du positif



Les difficultés se cumulent dans le monde de l'art, c'est aussi le cas pour des associations et des fondations y compris celles perçues comme d'utilité public telles que Le Refuge. En mathématique lorsque vous multipliez des nombrez négatifs par des nombres négatifs vous obtenez du positif. Puisque comme le nom de cet article le mentionne, retirer du négatif, c'est du bon sens, cela revient à ajouter du positif. Cette règle bien connue par les collégiens inspire parfois des interrogations philosophiques, elle nous a aussi inspiré dans ces mouvances de pensées "du monde d'après" le confinement.


Du conceptuel au factuel, nous mettons nos convictions en action. En multipliant les actions de secteur qui ne vont pas bien, on en vient à créer (au moins un peu) du positif.


Lorsque le Sud Ouest met à la Une du Dimanche l' opération "De l'art pour un Refuge", la journaliste Amandine Hustache relève la situation suivante : " Il n’est un mystère pour personne que le monde de la culture souffre du contexte sanitaire actuel. Il est en revanche moins répandu que les associations l’endurent tout autant. Depuis le confinement, les dons se font plus rares, une perte qui empêche ces associations d’aller au bout de leurs missions."


Non-sans un clin d'oeil humoristique au travail de Tarroop & Glabel dont la gravure illustre l'article. Si nous n'avons pas le don de multiplier les pains et les poissons, on peut au moins multiplier les bonnes actions et faire preuve de solidarité dans la vraie vie. Ni le Refuge, ni la Galerie, ni nos artistes se financent de retweets, de likes ou de partages. Aussi, si nous voulons que des associations telles que le Refuge continue d'accueillir des jeunes gens de parfois 14 ans mis à la porte de chez eux en raison de leur orientation sexuelle, si on veut que la culture continue de rayonner, si on veut une société qui contient des artistes, alors il y a un moment où il faut que nos gestes concrets reflètent nos désirs.


Ce constat un peu abrupt nous renvoie à nos propres capacités d'agir.

La compétence principale de la galerie inflorescences c'est de rendre la culture et l'art plus accessible, sans renoncer aux notions d'exigence et d'éthique dans la relation artiste - galeriste. En complément de cela, nous avons une conviction : en terme général plus des environnements sont cultivés moins les discriminations y sont fortes. Voici l’élément charnière que nous proposons dans cette multiplication de négatifs pour en tirer du positif. Jusqu'à la fin du mois d'Octobre, les bénéfices de chaque commandes faite via le formulaire de contribution en bas de ce lien (ici) seront reversés au Refuge. Nous comprenons bien que pour certains d'entre nous, même si nous fractionnons le coût de l'acquisition de l'oeuvre grâce à un paiement échelonné ceci peut-être compliqué, de ce fait, nous mettons aussi la possibilité de faire de minis dons dès 1€. Sur le modèle de la fable du colibri, chacun peut prendre sa part, chacun peut agir, à nous de savoir et d'assumer si nous le désirons vraiment ... Pour reprendre un slogan devenu célèbre :


"yes we can"




58 vues